Optez pour l’isolation phonique des murs afin d’en finir avec le bruit

Si vous faites partie des 40% des Français souffrant de problèmes liés aux bruits, pensez à l’isolation phonique. Ce procédé permet en effet de réduire ou de supprimer totalement toute propagation de son provenant de l’extérieur de votre maison. De même, si vous comptez ne laisser aucun son s’échapper de votre habitat, les mêmes solutions présentées ci-dessous vous seront bénéfiques.

Ce qu’il faut savoir sur l’isolation phonique

L’isolation phonique désigne les manœuvres visant la suppression de toute propagation de bruits à l’intérieur ou à l’extérieur d’un habitat. Le succès d’une telle opération devra se reposer sur la compréhension de la manière dont le son se propage. Ce qui nous amène à classifier les bruits aériens, les bruits d’impact et les bruits d’équipements. Le premier type de bruits peut être d’origine interne et externe à l’habitat. Ils choisissent entre autres comme lieu de passage les portes ou les fenêtres. Les bruits d’impact se propagent via la structure du bâtiment. Ils se cristallisent par le passage de camions ou de chutes d’objets entendus dans une pièce quelconque d’une maison. Les bruits d’équipement quant à eux peuvent provenir d’un appareil installé dans votre lieu d’habitation.

Quels matériaux d’isolation phonique choisir ?

Pour diminuer le niveau sonore perçu, il y a lieu de choisir entre deux grandes catégories de matériaux. Lesquels garantissent une efficacité en matière d’isolation acoustique, surtout si vous choisissez de les associer. La première variété d’éléments combine les matériaux de masse. Ces derniers sont censés respecter la loi de masse et celle de la masse-ressort-masse. Les briques, les parpaings, le béton cellulaire et les plaques de plâtres font partie de cette catégorie de matériaux. Connus pour leur capacité d’affaiblissement acoustique, ces matériaux sont très recommandés pour une bonne isolation sonore. L’autre variante concerne les isolants eux-mêmes. Il s’agit de l’ouate de cellulose, la paille, la fibre de bois, le polystyrène ou encore la laine de verre. Si certains d’entre eux servent déjà à l’isolation thermique, d’autres peuvent avoir une double fonction : isolant thermique et sonore à la fois.

Par où commencer ?

Trois solutions s’offrent à vous dans le cadre de votre projet d’optimisation de l’isolation phonique de votre maison. Elles seront réparties en fonction de trois parties bien distinctes : le mur, le sol et le plafond. L’isolation des murs doit passer par l’installation d’un isolant de type ossature bois ou métallique. C’est là qu’entrent en jeu les isolants comme l’ouate de cellulose qui prendront notamment la forme de panneaux. Côté plafond, il existe plusieurs alternatives comme le doublage à l’aide de panneaux isolants à base de laine de chanvre. L’isolation sonore du sol, quant à elle, débutera certainement par la pose d’un revêtement adéquat comme la moquette. Mais comme la lutte contre les bruits semble très délicate, mieux vaut s’intéresser à d’autres éléments, comme les portes et les fenêtres. Outre l’obligation de choisir des ouvertures présentant une menuiserie de qualité, vous devez également accorder de l’importance à leurs joints. À cela s’ajouteront des types de vitrage optimisés comme le vitrage asymétrique et le vitrage à isolation renforcée.

Venir à bout des parasites : toutes les astuces pour vivre sereinement
Comment traiter efficacement l’humidité de sa maison ?